Ce trekking solidaire au Solu Khumbu avait pour but, entre autres, de faire découvrir une région rurale népalaise comme il en existe beaucoup, à l’écart du tourisme de masse. Lorsque l’on sort des sentiers battus, une toute autre réalité s’offre à nous: celle de la simplicité, de la convivialité et d’un regard nouveau sur le monde. Au fil des pas et des rencontres, il est de plus en plus évident que la beauté n’est pas seulement nichée dans les neiges éternelles mais aussi au coin du feu auprès des habitants.
Nous voulions également réaliser ce trek malgré les conditions parfois difficiles pour dresser un état des lieux de la situation dans les campagnes, un an et demi après le séisme. Et par la même occasion faire fonctionner l’économie locale, donner un peu de travail à ceux à qui le tremblement de terre a enlevé leur moyen d’en avoir.
    L’état des lieux en question n’est pas très bon. Énormément de familles vivent encore dans des abris de fortune, certes consolidés pour l’hiver chez certains mais toujours glacials, de nombreuses autres sont parties, pensant trouver des jours meilleurs à Kathmandu ou ailleurs. Ce qui nous a amené à nous arrêter pour manger ou pour dormir dans des lodges rebâtis à la va-vite, ouverts aux quatre vents, ou même dans des abris de fortune en compagnie des familles, parfois sous tente par manque de solution.
Outre de nombreuses maisons qui ne sont pas reconstruites ni même démontées, nous avons croisé sur le chemin des fontaines asséchées, signe que les conduites ont été endommagées ou les sources détournées lors du tremblement de terre. Le patrimoine bouddhiste très important de la région a également été très touché, la plupart des chortens, stupas et manis sont très abimés.

    Un autre objectif de ce trek solidaire était de faire visiter le village de Lapcha, où nous avons travaillé l’année dernière. Ainsi nous avons pu montrer concrètement quel travail nous avons accompli l’année dernière et c’est avec un grand bonheur que nous avons constaté que toutes les maisons que nous avons aidé à « déconstruire » l’année dernière ont été reconstruites, et avec de belles améliorations: une meilleure isolation du toit, plus de luminosité à l’intérieur, des murs plus résistants aux secousses. Malheureusement il reste encore beaucoup de travail, certaines maisons n’ayant même pas encore été démontées en vue d’être reconstruites.
Dans un but d’immersion maximal le groupe de trekkeur a été séparé et réparti dans quatre maisons différentes durant le séjour de trois jours au village. Tout le monde a eu l’opportunité de faire connaissance avec des villageois et leur mode de vie montagnard, de belles amitiés sont nées…à suivre!
    Ce trek solidaire a à plus d’un titre été une expérience positive! Non seulement les trekkeurs ont fait preuve d’une ouverture d’esprit, de gentillesse et d’une patience exemplaire face aux conditions parfois rudes de la vie en montagne, mais ils ont également apporté dans leur bagage jouets, vêtements chauds et matériel scolaire qui profitent maintenant à de nombreux enfants en situation précaire. D’ailleurs les petites voitures ont sans aucun doute remporté tous les suffrages!

Du côté de l’organisation tout a également été parfait: l’équipe népalaise majoritairement de Lapcha mais aussi du Langtang ont démontré une gentillesse et une efficacité à toute épreuve. Merci à eux tous, assistants guides, cuisiniers, porteurs.
Un remerciement tout particulier à Teke Bahadur Tamang qui nous aura guidé tout au long de ce voyage et qui a exécuté un travail exemplaire dans des situations parfois délicates.
Ce voyage nous a beaucoup appris et nous a donné de nouvelles idées de projets pour le futur.
    Nous avons pris la décision de parrainer une nouvelle petite fille qui a actuellement 3 ans et demi du nom de Pasang Tamang, fille de Phuti, une des porteuses qui a travaillé à nos côtés durant le trek. Cette famille originaire du Langtang fait face à de graves difficultés financières et quand nous avons demandé à cette jeune maman en quoi nous pourrions l’aider elle nous a répondu que le plus beau cadeau que nous pourrions lui faire serait de l’aider à envoyer sa fille dans une bonne école. Nous avons immédiatement accepté mais il faut maintenant s’organiser, et la première chose à faire est de trouver un ou plusieurs parrains! Si cette idée vous tente contactez-nous et nous vous donnerons plus d’informations.
En ce qui concerne le village de Lapcha et ses habitants, nous allons continuer d’orienter nos projets sur le sujet de l’habitat, et essayer d’améliorer le confort de vie. Au village, et au Népal en général, les maisons ne sont pas très isolées et il y fait très froid. À 2600m d’altitude l’hiver est rude. Un autre problème est le foyer ouvert à l’intérieur de la maison. La fumée se répand dans la pièce et provoque de nombreuses maladies respiratoires et oculaires. La pose de poêles à bois semble une solution idéale, poêles qui seront fabriqués sur mesure pour répondre aux attentes des villageois, c’est à dire pouvoir cuisiner dessus facilement. Dans la mesure du possible une meilleure isolation de la pièce contenant le poêle sera effectuée, pour qu’au moins cette pièce profite de la chaleur du poêle durant l’hiver. Avec ce système des économies de bois pourront également être réalisées, ce qui n’est pas négligeable quand tout le travail s’effectue à la main, et à pied.

Ces projets sont nés de la réflexion et de l’observation de chacun et nous seront très heureux de pouvoir les mener à bien!
    Cette première expérience est de notre point de vue très réussie et nous recommencerons avec plaisir! Et encore un grand merci à tous les participants!